top of page

ArbresFilles GarçonsFleurs

Une autre histoire des transformations




La Nouvelle exposition de la martiennerie


 

Puisque dans les métamorphoses d’Ovide les filles et les garçons sont obligés d’échapper aux violences des dieux par la transformation, nous voulions en choisissant le titre du livre de l’helléniste Françoise Frontisi-Ducroux (éditions Seuil), quitter le monde des dominants et du patriarcat (constituer par cette histoire) pour souligner plutôt la dimension poétique et horizontale des métamorphoses.

Tout en jouant sur l’iconographie végétale, sur les représentations du vivant dans sa grande diversité, mais aussi sur les expressions populaires qui fixent le genre : « les garçons naissent dans le choux, et les filles dans les roses » ;

Rosalie Blanc cherche à métamorphoser les dites expressions, en motifs, sorte d’herbier holistique, qui de dessins en couleurs foisonnantes, se transforment en impressions de risographie deux couleurs. Elle raconte sous la forme de 3 planches traduites en risographie, les grandes lignes de l’éco-système, et les enjeux du vivant avec ses personnages en situation d’apprendre, drôles et poétiques à la fois.

D’un galop incessant de la partition plastique exposée en « frise » qui courent comme pour mieux faire écouter l’élan de ce qui nous transforment toustes,







Anne Mars propose une lecture de la course incessante du temps qui nous oblige à la métamorphose sans nous figer jamais. Elle invente un alphabet des corps qui se transforment et deviennent signes et langage. Iels affirment leur propre identité, celleux d’êtres vivants non binaires, tantôt drôle, tantôt fier, parfois mystérieux, toujours dignes.




Les silhouettes comme une typographie, caractérisent la diversité des transformations sans jamais évacuer la dimension sociale et les effets qu’elles peuvent avoir sur les liens que l’on tisse avec l’altérité.



L’ensemble de l’exposition raconte alors une autre histoire des métamorphoses, sans ignorer les violences et les dominations comme stigmates qui figent les identités.

Elle propose une acceptation des interstices, des non-binarités et des mouvements. Des « sexes innombrables »* jusqu’à la plus petite parcelle du minéral, des grands arbres aux microscopiques algues, de nos petites transformations intimes quotidiennes jusqu’à nos bouleversements les plus visibles et/ou les plus assumées. ArbresFilles GarçonsFleurs imaginent toutes ces transformations qui cartographient tout les corps du vivant, mais aussi la nature entière.

Richard Ème

*Les sexes innombrables de Thierry Hoquet, aux éditions du Seuil


ArbresFilles GarçonsFleurs Une autre histoire des transformations Anne Mars & Rosalie Blanc Une exposition de la martiennerie Zeugma Librairie du 3 décembre au 21 janvier 2023 VERNISSAGE LE 3 DECEMBRE à partir de 18 heures Save the date !



0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page