LA FORCE EST DU CÔTÉ DES LENTS

Laurent Duval dans son livre « Les Hommes Lents » cite son inspiration première à travers les mots de Milton Santos, géographe : « la force est du côté des lents. » C’est devenu la « devise » de la martiennerie. En désirant poétiser l’espace publique, inventer un autre rapport au travail, imaginer une autre réalité au design de livre, rêver des objets variés non identifiés, faire de la lenteur une force et une nécessité.

Expérimenter, se tromper, recommencer, avancer à tâtons, tout comme partager une expertise acquise par expérience même lorsqu’elle est issue d’un savoir académique, méritent qu’on (re)prenne du temps à celleux* qui nous le dérobe. L’accélération, l’occupation de tout les instants, la peur du vide, du silence, la production optimisée en très grand nombre, se distillent jusque dans les plus infimes espace de notre quotidien, (tout voir, tout avoir, vite, maintenant, tout de suite…) Comment alors redéfinir la valeur du temps qui passe, et qui ne nous échappe que parce que l’on cherche à le retenir à tout prix… Le temps peut-il encore se perdre ? Ou pouvons-nous nous perdre dans un temps que nous choisirions et qui ne serait rien qu’à nous ? C’est tout le désir de la martiennerie : Offrir un espace ou le temps reprend de la valeur, pour rêver, imaginer, inventer, se perdre, mais aussi pour produire, travailler, sans contrainte sinon celles qui permettent de créer… Se réapproprier le temps nécessaire à toute création, à toute réalisation, à toute pensée.




Les laboratoires artistiques de la martiennerie sont des espaces où la lenteur engage la coopération (faire œuvre ensemble) plutôt quel la collaboration (travailler avec). Les laboratoires pédagogiques sont eux aussi des espaces itinérants qui avec Anne Mars, plasticienne et enseignante en Design et moi-même, musicien et enseignant en Brevet des Métiers d’Arts, initient une autre façon de partager, d’imaginer, d’accompagner, bien loin des cadres rigides.

La force est du côté des lents, et donc du côté de la martiennerie.



Le nouveau site qu’inaugure ce premier billet du BLOG MARTIEN est une « vitrine » qui encourage la déambulation, la contemplation et surtout la rencontre. Abonnez-vous au blog, il y aura un ou deux billets par semaine et vous pourrez aussi venir faire l’expérience d’un atelier artistique à la martiennerie.


*Dans les billets de ce blog l'écriture inclusive prendra plusieurs formes selon les besoins esthétiques et/ou de lisibilité. RM




0 commentaire

Posts récents

Voir tout